Lexmark Cloud Print Management

Success Story

Découvrez comment Lexmark a amélioré la sécurité et a réduit la charge sur les ressources informatiques grâce à Cloud Print Management

Discover the: Challenge | Solution | Results

Lexmark Cloud Print Management

company

Basé à Lexington (Kentucky), Lexmark crée des solutions et des technologies d'imagerie innovantes qui aident des clients du monde entier à imprimer, sécuriser et gérer les informations. Ses offres allient facilité d'utilisation, efficacité et valeur incomparable. Lexmark soutient ses clients répartis dans plus de 170 pays dans les secteurs de la vente au détail, des services financiers, des soins de santé, de la fabrication, de l'éducation, de l'administration, etc. <br><br>Lexmark est passé de 110 serveurs d'impression à zéro et a ainsi pu économiser 650 000 $ en un an en les éliminant.<br><br>Grâce à Cloud Print Management, les dépenses d'impression ont été réduites de 54 % avec une réduction de 48 % du nombre de pages imprimées et une réduction de 77 % des consommables utilisés.

Industries

Manufacturing, Business Services

Products

Cloud Print Management

Challenge

Comme beaucoup de ses clients, Lexmark était confronté aux défis de la gestion d'une variété de serveurs d'impression, qui mettaient la pression sur les ressources informatiques et éloignaient les administrateurs d'autres tâches essentielles. La gestion de 120 sites et 110 serveurs dédiés à l'impression, ainsi que de 13 000 utilisateurs finaux, impliquait que l'entreprise consacrait beaucoup de temps et d'argent à la maintenance des serveurs.

L'organisation savait que le passage à une solution d'impression sur le nuage pouvait éliminer une partie des serveurs d'impression physiques, rationaliser la gestion de l'environnement d'impression et accroître la sécurité sur l'ensemble du réseau. D'après Ed Buhler, Directeur international du service informatique de Lexmark, le contrôle centralisé des serveurs d'impression a permis d'accroître la productivité et de minimiser les risques de violations de la sécurité.

« En diminuant le nombre de périphériques, nous réduisons aussi le nombre de réparations, ce qui nous permet de réagir plus rapidement à la cybercriminalité ou aux virus potentiels. Cela permet aussi de diminuer le nombre de mises à niveau et de périphériques qui ne sont pas contrôlés par le service informatique, et qui finissent souvent par être des serveurs pilotes partagés contenant des données que nous ne pouvons pas contrôler », explique Buhler.

Solution

La migration de Lexmark vers Cloud Print Management a engendré des résultats positifs. Cette solution simplifie l'expérience des utilisateurs grâce à un pilote d'impression unique qui peut imprimer sur n'importe quel périphérique de l'entreprise. Si l'utilisateur change de rôle ou de lieu au sein de l'entreprise, il n'est pas nécessaire de supprimer d'anciens pilotes d'impression et d'en ajouter de nouveaux.

Lexmark Cloud Print Management réduit également les tâches informatiques fastidieuses. Lorsque de nouvelles imprimantes sont déployées, toutes les applications requises pour la communication entre le périphérique et le Cloud Lexmark sont déployées. Cette situation permet de réduire considérablement la charge pesant sur les ressources informatiques, car elles ne doivent plus consacrer de temps aux mises à jour et à l'exécution de correctifs de sécurité sur les périphériques de l'entreprise.

Results

Depuis le déploiement de Cloud Print Management, Lexmark est passé de 110 serveurs d'impression dédiés à zéro et a économisé 650 000 $ en un an en les éliminant. Les dépenses d'impression totales ont été réduites de 54 % avec une réduction de 48 % du nombre de pages imprimées et une réduction de 77 % des consommables utilisés.

Pour les organisations qui souhaitent améliorer la sécurité grâce à la centralisation, Cloud Print Management constitue une stratégie intelligente. Grâce à cette solution, les données sont protégées lors de la transition à l'ensemble du système, ce qui constitue un niveau de sécurité supplémentaire qui garantit leur protection.

« À l'ère des virus, des logiciels malveillants et des personnes qui essaient de nous attaquer par ransomware, moins il y a de machines, plus nous minimisons les risques », explique Buhler.